Préface par Clotilde Roussel 

Marc Lecoanet est né dans les Vosges, le 5 août 1992. 

Artiste du quotidien avant tout, en corps accord avec ses émotions et sa sensibilité rétive aux conventions et à l'arbitraire. 

Peintre autodidacte par élection, sa recherche artistique ne se limite pas à la toile et autres objets picturaux. 

Il a pratiqué le théâtre amateur assidûment dès son plus jeune âge avec détermination. 

Musicien confirmé il s'est composé au sein du groupe de rock, Les No Name. 

Photographe intermittent et interrompu par solarisation, il évolue dans un espace temps, un univers en oscillations et mouvements perpétuels. 

Hasard or not jusque dans le choix de ses études en médecine, Marc explore "l'infinitude" des arts et concilie l'observation sensible, l'écoute et une compréhension du vivant aux confins des archipels de l'imaginaire et de l'imperceptible. Sa démarche picturale est animée, inspirée par ses capteurs émotionnels, son acuité littéraire, sa musicalité intime et sa sensualité. 

Il ne cherche pas une restitution en représentation analogique de son environnement tangible et concret mais extrapole et soumet sa perception au stylet aiguisé et précis de son incisif filtre romantique et poétique, voire érotique. 

Il joue sur la diagonale acrobatique entre le diktat esthétique et la diffraction répétitive de motifs organiques déclinés dans des proportions, mensurations et rythmes troublants et déroutants. 

L'oeuvre de Marc s'apparente à une tablature plastique et une constellation organisée de silhouettes plus ou moins avérées, évidentes ou manifestes. 

Du tableau isolé au polyptyque, chaque oeuvre est une triangulation entre un vocabulaire personnel de symboles singuliers, des courbes et symétries dans un rythme interne harmonique sur un gimmick de légende fantasmatique peuplée de chimères ondulatoires fascinantes et magnétiques. 

Le tout conquière, inspire, transporte et confond. Laissez-vous séduire... 

                                                                                                                                                          Clotilde Roussel.